Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par CRPF

Pour un chauffage au bois respectueux de la qualité de l'air

La combustion du bois entraîne la production d'émissions polluantes, notamment de particules fines, dans l'air. Aussi, le brûlage de bois, que ce soit dans un équipement de chauffage ou à l'air libre, est très encadré.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Stéphane Leitenberger

Pour ce qui est du brûlage à l'air libre, gros émetteur de particules fines, il est strictement interdit. Chacun est invité à déposer ses déchets verts et autres déchets ménagers, en déchetterie. L'écobuage est autorisé mais encadré par arrêté préfectoral et soumis à déclaration en mairie.
La combustion du bois dans les appareils de chauffage est réglementée selon la puissance du matériel en place. Il faut toutefois savoir que les particules fines émises par le chauffage au bois proviennent à 78 % d'installations domestiques anciennes, de plus de 15 ans, et qui consomment près de 80 % du bois-énergie en France (source Citepa). Aussi, pour ce type d'appareils, seul le matériel désormais labellisé Flamme verte garantit aux usagers des performances énergétiques et environnementales respectueuses des normes françaises et européennes. Ce label ouvre d'ailleurs l'accès au crédit d'impôt pour la transition énergétique.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).