Le Réveil Lozère 20 décembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Pour finir le repas, une touche de chocolat aux saveurs d’enfance

Installée à Banassac depuis quelques semaines, la chocolaterie Malakoff propose aux nostalgiques de retrouver une part d’enfance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gérant de Malakoff, Romain Chollier a ouvert sa chocolaterie de Banassac le 11 novembre dernier.
Gérant de Malakoff, Romain Chollier a ouvert sa chocolaterie de Banassac le 11 novembre dernier. - © Aurélie Pasquelin

Véritable madeleine de Proust pour une grande partie des habitants de la région, les chocolats Malakoff ont disparu dans les années 90. C’était sans compter Romain Chollier qui a remis la célèbre barre de chocolat au goût du jour. « Il y a quelques années maintenant, je tenais une créperie-confiserie à Alès, raconte l’intéressé. Plusieurs de mes clients m’ont demandé si j’avais des chocolats Malakoff. Ne trouvant pas la confiserie, j’ai essayé de la recréer. » Pari osé pour cet ancien maître d’hôtel novice en chocolaterie. Pourtant avec du temps et de la patience, il arrive à recréer les chocolats. « Cela m’a pris une dizaine de mois, poursuit l’entrepreneur. Je faisais des essais, dans ma cuisine et je les faisais goûter aux clients pour essayer de me rapprocher le plus possible de la célèbre barre de chocolat créée par Jean-Louis Pupier. » Rapidement, le succès est au rendez-vous et l’entrepreneur décide de développer la fabrication de chocolats. « Pendant un an et demi environ, je naviguais entre la chocolaterie et la crêperie », raconte Romain Chollier. Pourtant, peu à peu, la chocolaterie arrive à créer une clientèle fidèle et les chocolats, arrive à se faire une place dans les boulangeries, épiceries fines et confiseries.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1439, du 21 décembre 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.