Le Réveil Lozère 01 mars 2017 à 08h00 | Par ADAPEFA

Portraits croisés autour de l’apprentissage

L’apprentissage est la voie de formation par excellence. Elle permet d’acquérir des compétences en centre de formation mais aussi en entreprise. Marie et Hervé, 20 ans et 52 ans, nous font partager leur intérêt pour la formation en alternance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ADAPEFA

Après plusieurs années de baisse des effectifs, sans doute liées au contexte difficile dans lequel se trouve le monde agricole, le nombre de contrats signés se maintient cette année. Marie est originaire de Haute-Loire. Elle a grandi dans une exploitation en bovin viande, mais elle, ce qui la passionne, ce sont les moutons. « Durant mon bac pro CGEA à Yssingeaux j’ai découvert le monde des ovins à travers les Ovinpiades des jeunes bergers (ndlr : cette année, Marie a terminé onzième aux épreuves régionales à Marvejols). Cela m’a tout de suite plu. J’ai donc recherché un maître d’apprentissage en ovin, quitte à sortir du département. J’ai contacté la chambre d’agriculture de plusieurs départements pour obtenir une liste d’agriculteurs. Cela n’a pas été simple, j’ai passé plus de cinquante appels téléphoniques. Je me suis montrée persévérante et la chance a fini par me sourire. »

Suite à lire dans le Réveil Lozère n°1399 du 2 mars 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Ce début octobre, le pastoralisme vit un grand moment à Ax-les-Thermes, en Ariège. La reconnaissance demandée des surfaces pastorales dans toutes les politiques publiques est un enjeu primordial pour ces territoires

A expliqué Christine Valentin, présidente de l’association des chambres d’agriculture du massif central (Sidam).