Le Réveil Lozère 11 octobre 2012 à 10h47 | Par Le Réveil Lozere

Poissons - Une pisciculture de montagne dans une ancienne filature

La pisciculture est apparue dans la vie de Christian Négrel, en 1997. Cette année là, ce Gardois est venu s’installer en Lozère, près de Chambon-le-Château.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Lise Monteillet

« J’avais envie de me retirer à la montagne », explique le pisciculteur. En contre bas du village, il élève ses poissons grâce à la rivière de l’Ance qui passe à côté. « De l’eau doit circuler en permanence pour les truites », précise Christian Négrel.

Dans le paysage agricole ambiant, il fait plutôt figure d’exception. À 930 mètres d’altitude, c’est l’élevage qui prime. « Cette pisciculture a été créée sur le site d’une ancienne filature de laine, c’est pour ça qu’il y avait un canal », raconte-t-il. La pisciculture appartient à un de ses collègues, qui lui a tout appris sur ce métier.

Ce pisciculteur a fait le pari de la qualité, plutôt que de la quantité. « Je produis sept ou huit tonnes par an », estime Christian Négrel.

Des poissons haut de gamme

- © Lise Monteillet

Pas de surproduction dans ses bassins. Des poissons qui grossissent lentement. Il produit des truites fario, arc-en-ciel et un poisson plus rare : l’omble chevalier. Les plus grosses truites atteignent 4,5 kilos et sont vendues à deux ans et demi.

Pratiquer la pisciculture à une telle altitude a ses atouts et ses handicaps. L’eau de l’Ance est moins polluée qu’ailleurs. La rivière prend sa source à La Panouse et se jette dans l’Allier. Mais le pisciculteur doit s’adapter à la température de l’eau. « Moins l’eau est chaude, moins les truites mangent. L’hiver, je dois aussi lutter contre la glace », raconte-t-il. Impossible de s’absenter trop longtemps, son élevage requiert une surveillance quotidienne.

80 % de sa production est vendue auprès de restaurateurs à la recherche de poissons haut de gamme. À Chambon-le-Château, Christian Négrel profite aussi de la clientèle des nombreuses résidences secondaires. Sa pisciculture est ouverte au public tous les jours. Il est possible de pêcher des poissons soi-même. Christian Négrel fait partie du réseau Bienvenue à la ferme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Nous avons face à nous, en Chine, une demande en viandes bovines françaises qui pourrait permettre à tous les acteurs de la filière […] de créer de la valeur et de garantir une meilleure rémunération des éleveurs. Rien ne justifie, à nos yeux, que nos entreprises ne répondent pas – ou si peu – aujourd’hui, à cette demande. Ce voyage devrait donc nous permettre de mieux comprendre la situation sur ce marché et, nous l’espérons, d’impulser rapidement l’exportation de nouveaux volumes.

déclarait Bruno Dufayet, président de la fédération nationale bovine, quelques jours avant un voyage en Chine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui