Le Réveil Lozère 12 juillet 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Plus de questions que de réponses

La Grande-Bretagne réalise la moitié de ses échanges agricoles et agroalimentaires avec l’Union européenne. Elle est le troisième client de la France et son sixième fournisseur. Les accords bilatéraux et les règles de l’OMC devront être désormais appliqués à vingt-sept.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les prochaines négociations commerciales entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne veilleront à limiter les dommages collatéraux.
Les prochaines négociations commerciales entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne veilleront à limiter les dommages collatéraux. - © Stuart Wilson

La forte baisse de la livre sterling traduit le désappointement des marchés financiers mondiaux. Cette dévaluation est moins accentuée qu’en 2008 au moment de la crise financière. À court terme, c’est même une aubaine pour la Grande-Bretagne, elle sera plus compétitive sur les marchés agricoles. Mais les ventes porteront quoi qu’il en soit sur des quantités réduites. Le Royaume-uni réalise la moitié de ses échanges commerciaux de produits agricoles et agroalimentaires britanniques avec ses partenaires de l’Union européenne. Les enjeux commerciaux portent davantage sur l’industrie agroalimentaire et sur les fruits et légumes dont la Grande-Bretagne est déficitaire. Celle-ci est le troisième client de la France et son sixième fournisseur. Nous ne savons ni quand, ni comment, le processus de sortie de l’Union-européenne sera enclenché. Toutefois, il est dans l’intérêt des deux parties, aussi bien à Bruxelles qu’à Londres, de trouver un terrain d’entente favorable pour rendre les échanges commerciaux aussi aisés que possible. En s’inspirant des accords commerciaux en vigueur entre l’ Union européenne et des pays tiers, trois scénarios sont envisageables. Le Royaume-uni acquiert un statut identique à la Norvège et scelle dans ce cas de figure, un accord de libre-échange moyennant une contribution au budget européen, sans participation aux décisions politiques. Si aucun accord commercial n’est conclu, les échanges commerciaux sont soumis aux règles de l’OMC, avec à la clé l’instauration de droits de douane. L’Union européenne peut aussi opter pour un régime avec des échanges intermédiaires restant à définir. Le prochain accord commercial dépendra du rapport de force que l’Union européenne saura exercer sur la Grande-Bretagne, réticente depuis quelques jours pour prendre la porte de sortie. Dans le contexte actuel, il est difficile d’imaginer que le Royaume-uni impose son calendrier de négociations ou qu’elle s’affranchisse d’un marché européen de 500 millions de consommateurs.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 14 juillet 2016, numéro 1368.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui