Le Réveil Lozère 03 janvier 2017 à 08h00 | Par Bérangère Bosi

Plan de refinancement des exploitations : pourquoi ça patine

La principale mesure du plan de consolidation et de refinancement des exploitations, destinée à faciliter l’octroi de prêts bancaires pour les agriculteurs en difficulté, peine à être mise en œuvre. Le ministre de l’Agriculture a prolongé le dispositif jusqu’au 31 mars

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour permettre aux agriculteurs les plus en difficultés de relancer leur activité, le gouvernement a mis en œuvre un dispositif pour faciliter l’octroi de prêts.
Pour permettre aux agriculteurs les plus en difficultés de relancer leur activité, le gouvernement a mis en œuvre un dispositif pour faciliter l’octroi de prêts. - © Werbe Fabrik

Au mois d’octobre, Manuel Valls a présenté le pacte de consolidation et de refinancement des exploitations agricoles. Afin de permettre aux agriculteurs les plus en difficultés de relancer leur activité, le gouvernement a mis en œuvre un dispositif pour faciliter l’octroi de prêts. L’ancien Premier ministre a annoncé qu’il allait doter la Banque publique d’investissement (BPI) d’un fonds lui permettant de se porter garante auprès des banques, pour les prêts de renforcement des fonds de roulement ou les prêts de restructuration des crédits accordés aux agriculteurs. Une instruction précisait par la suite les conditions d’éligibilité permettant à certains agriculteurs d’obtenir une prise en charge totale des coûts liés à cet emprunt. Pourtant, l’ensemble du dispositif patine. Initialement ouvert jusqu’au 31 décembre, le dispositif a été prolongé jusqu’au 31 mars. Un report nécessaire, selon le ministère de l’Agriculture, « pour que tout le monde ait le temps d’aller renégocier et de demander des garanties publiques pour obtenir des prêts ». Personne ne semble étonné de ce report. Les chambres d’agriculture et les centres de gestion sont unanimes : le dispositif, que le ministère estime simple, se heurte à de nombreux blocages. C’est ce qui est ressorti du comité de pilotage. « Il faudra probablement repousser encore au 31 mai »,estiment les chambres d’agriculture, les organisations syndicales et même la Siagi (organisme de cautionnement).

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 5 janvier 2017, numéro 1391.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui