Le Réveil Lozère 11 juillet 2018 à 10h00 | Par Le Réveil Lozère

PJL Egalim -Le Sénat modifie largement le texte

Après des discussions tardives dans la nuit du 2 au 3 juillet, le Sénat a adopté le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation (Égalim), dans une version comportant de nombreuses modifications, notamment sur le titre II (attentes sociétales, phytos).

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les sénateurs l’ont approuvé par 215 voix pour et 94 contre. Ce texte n’est pas « une loi d’orientation agricole », a déclaré Stéphane Travert, mais « une partie de la politique de l’alimentation ». Il considère son adoption comme une « petite pierre dans l’édifice d’une agriculture plus forte » qu’il reste à bâtir. Le ministre souligne aussi les défis qu’il reste à relever pour « défendre une Pac ambitieuse, mener une politique commerciale cohérente avec celle-ci, lutter contre la concurrence déloyale des produits importés ». La séance se termine sur un descriptif dithyrambique d’une agriculture dont « tout le monde ici est fier », car c’est un pan de l’économie, « un gage de cohésion sociale », un « outil de lutte contre la précarité », et un levier de progrès pour l’alimentation. « C’est pourquoi nous devons la tirer vers le haut, elle le mérite », termine-t-il.
Le texte doit faire l’objet d’une commission mixte paritaire, chargée de trouver une version commune aux deux chambres. Selon le rapporteur du texte à l’Assemblée, trouver un accord sera « excessivement compliqué ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui