Le Réveil Lozère 14 mai 2014 à 09h07 | Par FDSEA 48

Pétition - Appel à la mobilisation pour modifier le statut du loup

Depuis le retour du loup dans nos campagnes, la profession agricole n’a cessé de dénoncer l’incompatibilité entre le maintien de l’élevage et la présence du prédateur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Emilie Wood

Face au besoin urgent de trouver une solution, et suite au long travail de fond de la FNO sur ce sujet, notre député, Pierre Morel à l’Huissier, a réussi à obtenir auprès de la commission des pétitions du Parlement européen une possibilité de modifier le statut du loup en tant qu’espèce protégée.

La commission des pétitions a alors demandé à la Commission européenne d’ouvrir une enquête préliminaire sur les différents aspects du problème. Le but de cette requête est d’amener à la modification du statut du loup dans la Convention de Berne et la Directive Habitats qui en font une espèce soumise à une protection stricte. L’initiative du député de la Lozère va dans ce sens. C’est donc une première victoire du côté des éleveurs, qui jusqu’à présent étaient relégués en second plan face au loup. Maintenant qu’une porte s’est enfin ouverte, les syndicats FDSEA et JA de Lozère appellent tous les éleveurs, ainsi que les habitants du département, à se mobiliser pour faire concrètement avancer les choses.

Suite à lire dans le Réveil Lozère N°1259 du jeudi 15 mai 2014, page 5.

La pétition est disponible à la FDSEA, ou en téléchargement sur www.pierre-morel.fr/revision-de-la-protection-du-loup-participez. Elle doit être retournée signée avant le 25 mai à la FDSEA, 27 av. Foch 48000 Mende.

Parlement européen
Commission des pétitions
Secrétariat
Rue Wiertz
B-1047 BRUXELLES

Soutien à la démarche du député Pierre Morel à l’Huissier concernant la problématique de la protection communautaire du Canis lupus.
Pétition nº1021/2013

Après huit mois d’instruction, la commission des pétitions de l’Union européenne a déclaré la requête du député français Pierre Morel à l’Huissier relative à la révision du statut de la protection communautaire du loup recevable en raison d’une atteinte à un principe communautaire et une enquête de la Commission européenne va ainsi être mise en place pour apporter les précisions nécessaires quant à cette problématique.
Ayant pris connaissance de cette avancée importante concernant l’éventuelle évolution du statut de la protection communautaire du loup, je tiens à faire savoir à Mme Mazzoni, présidente de la commission des pétitions de l’Union européenne, que j’apporte tout mon soutien à la démarche de Pierre Morel à l’Huissier.
Constatant que le loup se développe de façon expansive et préjudiciable sur l’ensemble du territoire européen, et notamment en territoire d’élevage, où la cohabitation est impossible, je souhaite que la protection dont bénéficie l’espèce canis lupus au titre de la convention de Berne et de la directive « Habitat » puisse être modifiée. Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Je souhaite que son régime de protection évolue afin que la population lupine puisse être gérée et exclue des zones d’activité pastorale ainsi que des zones habitées par l’homme, préservant de facto le génome loup originel en état de conservation favorable dans les grands espaces.


NOM, Prénom, adresse du signataire

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui