Le Réveil Lozère 23 février 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Petites et grandes histoires du salon

Le Salon de l’agriculture est l’héritier des comices agricoles du xviiie siècle au cours desquels les cultivateurs d’une région s’associaient et organisaient des concours pour se rencontrer, échanger et développer leurs techniques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Bella, la Tarentaise, égérie 2014.
Bella, la Tarentaise, égérie 2014. - © Émilie Wood

Si un volet agricole existait déjà en 1855 lors de l’exposition universelle, le premier Concours général agricole (CGA) en 1870 constitue le véritable départ, puisque pour la première fois au Palais de l’industrie, des animaux de boucherie, des volailles, des produits laitiers et agricoles ainsi que les machines les plus récentes sont montrés au public. En 1909, le concours évolue pour devenir la Semaine de l’agriculture de Paris. Cette dernière va être suspendue à cause de la Première Guerre mondiale pour ne reprendre qu’en 1923. À cette date, les animaux de boucherie sont définitivement abandonnés au profit des animaux reproducteurs (bovins, ovins, porcins et chiens de berger). En 1925, le CGA s’exporte au Parc des expositions de la porte de Versailles avant de s’interrompre une nouvelle fois avec la Seconde Guerre mondiale. Au début des années 1960, se pose une nouvelle fois la question d’une évolution du concours. Le ministre de l’Agriculture, Edgard Pisani, crée en 1963 le Centre national des expositions et concours agricoles, dont l’objectif est d’assumer la responsabilité des expositions et des concours agricoles. Son rôle ne se limite pas aux concours nationaux mais concerne aussi les concours internationaux dont le Concours général de Paris. Il présente aussi au public les produits du terroir, les techniques agricoles, etc. Il devient en 1964 le Salon international de l’Agriculture, plus ou moins sous la forme que nous connaissons aujourd’hui. Si ce salon attire 300 000 personnes la première année et en 2014 plus de 700 000 personnes, soit une fréquentation multipliée par deux, c’est parce qu’il ne se limite plus aux animaux, produits agricoles, laitiers et machines agricoles. En effet, ce salon est l’occasion d’organiser un concours des produits du terroir, des vins et depuis 2014, des prairies fleuries. Organisé en plusieurs univers (élevages et ses filières, produits gastronomiques, cultures et filières végétales, métiers et services de l’agriculture, etc.) le salon améliore sans cesse son attractivité en se réinventant chaque année.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 25  février 2016, numéro 1348.

Filouse la Flamande, égérie 2015
Filouse la Flamande, égérie 2015 - © Thierry Michel

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le jour où la morale est trop éloignée de la politique, la politique ne vaut plus rien.

Edgard Pisani (1918-2016), ministre de l’Agriculture de Charles de Gaulle pendant quatre ans, a joué un grand rôle la politique agricole de la CEE.

Culture
Spectacles de rue » 48e de Rue, dixième édition
Cirque » Le grand cirque sur l’eau
Exposition » Trait pour traits
Exposition » Causses et Cévennes
Concerts » Détours du monde
Patrimoine » En chemin j’ai rencontré

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui