Le Réveil Lozère 28 mars 2018 à 09h00 | Par FXS

Période de transition et négociations commerciales

La période de transition prévue après le Brexit et la perspective d’une négociation sur le libre-échange entre Bruxelles et Londres rassurent quelque peu le secteur agricole et alimentaire européen qui craint toutefois d’« inévitables » perturbations commerciales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les chefs d’État et de gouvernement des Vingt-sept, réunis à Bruxelles le 23 mars, devaient approuver les termes de la période de transition post-Brexit, qui s’appliqueront du 30 mars 2019 au 31 décembre 2020 et ont fait l’objet d’un accord quatre jours auparavant entre la Commission européenne et Londres, ainsi que des lignes directrices pour entamer les travaux sur les futures relations avec le Royaume-Uni, notamment la conclusion d’un « accord de libre-échange ». Selon un projet présenté par le président du Conseil européen, Donald Tusk, celui-ci devra prévoir, si possible pour tous les secteurs, « des droits de douane nuls et sans restrictions quantitatives » avec des règles d’origine « appropriées » et « de solides garanties qui assurent des règles du jeu équitables ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1453, du 29 mars 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.