Le Réveil Lozère 08 novembre 2016 à 08h00 | Par Éva DZ

Patrick Mouliade, nouveau président de BFA

L’association Bœuf Fermier Aubrac (BFA) affiche des résultats en nette hausse : plus dix points de vente, trente adhérents supplémentaires et 121 animaux labellisés de plus. Un beau bilan pour Christian Bonal qui présidait sa dernière assemblée générale fin octobre à Sainte-Geneviève-sur-Argence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À l’issue de l’assemblée générale, le conseil d’administration de l’association BFA a élu à l’unanimité son nouveau président. Patrick Mouliade (à gauche), éleveur à Laguiole succède à Christian Bonal.
À l’issue de l’assemblée générale, le conseil d’administration de l’association BFA a élu à l’unanimité son nouveau président. Patrick Mouliade (à gauche), éleveur à Laguiole succède à Christian Bonal. - © Éva DZ

L’association BFA a vingt ans et dépasse aujourd’hui les 500 éleveurs engagés dans la filière, elle a aussi augmenté le nombre de carcasses labellisées malgré un marché de la viande difficile. Le seul point noir est une baisse du prix au kilo. « La conjoncture nous a obligés à réduire notre prix de neuf centimes par kilo de carcasse pour être en phase avec le marché », a expliqué le président Christian Bonal, rappelant qu’il tenait à un différentiel de prix par rapport aux cotations grand sud. La valorisation des carcasses était de 4,65 euros le kilo, soit une valorisation moyenne des animaux de 1 892 euros. Ce que les responsables de BFA veulent retenir, c’est l’engagement des éleveurs dans la filière : « Que ce soit dans la régularité des livraisons d’animaux ou lors d’animations en magasins, les éleveurs se sont bien mobilisés, ce qui a contribué à la bonne dynamique de notre produit. » Parmi les 506 adhérents, 365 sont livreurs d’animaux BFA, soit dix producteurs de plus. Le nombre d’éleveurs engagés comprend les naisseurs qui sont la source du produit puisqu’un BFA doit être né, élevé et engraissé chez des éleveurs agréés. La liste des naisseurs BFA est consultable sur le site de l’association.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 10 novembre 2016, numéro 1383.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.