Le Réveil Lozère 15 mai 2019 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

Par la Grasse du parfum

Les savoir-faire liés au parfum de Grasse sont entrés au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’Unesco fin novembre 2018. Une reconnaissance pour une production qui a bien failli s’évaporer au gré des concurrences multiples.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les maisons Fragonard, Molinard et Gallimard proposent une immersion dans l’histoire de la parfumerie grassoise.
Les maisons Fragonard, Molinard et Gallimard proposent une immersion dans l’histoire de la parfumerie grassoise. - © SC

Pour comprendre comment l’industrie de la parfumerie s’est développée sur le secteur de Grasse, il faut remonter aux origines du parfum, qui d’abord avaient une fonction religieuse. Ce sont la myrrhe, l’encens (résine à l’odeur pénétrante), l’iris (dont les racines sentent la violette), le lotus, le lys, le safran (dont les étamines ont un parfum âcre et brûlant), la cannelle ou cinnamome (sorte de laurier originaire de Ceylan), le styrax ou storax (qui signifie arbre ou baume, dont on tire, en incisant une résine), le benjoin et d’autres encore… Les Hébreux apprennent à les connaître en Égypte. La Bible en parle abondamment, qu’il s’agisse de l’huile pour onction, des aromates, de l’encens… Les Rois mages, Melchior, Gaspard et Balthazar, apportent à Jésus de l’or, de l’encens et de la myrrhe, ces deux derniers étant estimés au même titre que l’or. S’il y a des odeurs de sainteté, il en est de diaboliques. Le Diable sent le soufre. Les parfums traversent ainsi les siècles, tour à tour ou simultanément mystiques, médicaux ou esthétiques.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1510, du 16 mai 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui