Le Réveil Lozère 30 avril 2019 à 09h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Paiements pour services environnementaux : la FNSEA présente son projet

La FNSEA a présenté, le 25 avril, un programme d’accompagnement des agriculteurs et des « acteurs privés ou publics » souhaitant signer des contrats de paiements pour services environnementaux (PSE) en « faveur de la biodiversité ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Ce programme prendra la forme d’un « guichet unique », s’appuyant sur le réseau territorial du syndicat, et proposera des projets de PSE « clés en main » aux intéressés. « Il s’agit d’un aboutissement, après des années de réflexion. Nous voulons montrer que les agriculteurs s’engagent pour la biodiversité », commente la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. Des objectifs chiffrés, basés notamment sur les données de l’observatoire agricole de la biodiversité, seront définis dans les cahiers des charges de chaque contrat. Les résultats seront, à terme, évalués par un conseil scientifique. Le syndicat majoritaire compte attirer vers ces projets les 150 millions d’euros du plan Biodiversité promis par le gouvernement pour développer les paiements pour services environnementaux. La FNSEA s’est alliée à l’association Imagin’Rural, qui accompagne des agriculteurs dans des projets de développement durable, pour réaliser ce programme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui