Le Réveil Lozère 13 février 2019 à 14h00 | Par AG

Pac post-2020 : un calendrier très incertain

Le Parlement européen hésite encore à adopter sa position sur l’avenir de la Pac en plénière avant les élections du mois de mai.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC Gutner

Un premier débat, organisé le 29 janvier, a montré que les députés de la commission de l’agriculture du Parlement européen (Comagri) sont encore très divisés sur l’avenir de la Pac. Des divisions sur le fond, mais aussi sur la forme, avec un calendrier toujours aussi incertain. Une date théorique de vote des projets de rapports par la Comagri a été fixée au 6 mars. Mais il est hautement improbable, compte tenu du volume de travail restant pour aboutir à des amendements de compromis, que cette échéance puisse être tenue. Les coordinateurs des différents groupes politiques devraient donc fixer une nouvelle date en marge de la réunion de la Comagri des 18 et 19 février. Le vote pourrait être programmé pour fin mars voire début avril.
La plupart des porte-parole des groupes politiques au sein de cette commission considèrent qu’il ne faut pas que le Parlement européen adopte sa position avant les élections européennes, cette tâche devant être laissée à la future Assemblée qui aura de toute façon la charge de négocier avec les États membres.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1497, du 14 février 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui