Le Réveil Lozère 07 août 2019 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

Pac : « Les propositions doivent venir du terrain »

La journée des Groupements pastoraux s’est déroulée le 1er août dernier à Vébron. Outre la prédation et le changement climatique, les participants se sont penchés sur la future Pac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’après-midi, une visite était organisée sur l’estive du groupement pastoral du Col de Salidès.
L’après-midi, une visite était organisée sur l’estive du groupement pastoral du Col de Salidès. - © Copage

Organisée par la fédération des groupements pastoraux Gard Lozère, le Copage, la chambre d’agriculture du Gard et le parc national des Cévennes, la journée des groupements pastoraux (GP) réunis chaque année bergers, éleveurs et élus des deux départements. Moment d’échange privilégié pour ces acteurs de la vie cévenole, elle leur permet de se retrouver pour aborder plusieurs points d’actualités. Jeudi dernier à Vébron, ils étaient ainsi une cinquantaine à avoir fait le déplacement pour réfléchir ensemble aux adaptations liées au changement climatique, à la prédation et à la future Pac.

Plusieurs outils actuellement en place
« Sur la Pac 2015-2020, les surfaces pastorales collectives ont été dotées de DPB (droits à paiement de base, NDLR), explique Nathalie Gourabian, animatrice au Copage en charge de la fédération. Ces DPB sont perçus chaque année par les utilisateurs en fonction du temps et du nombre d’UGB mis au groupement pastoral. De ce fait, à chaque fois qu’il y a des mouvements d’utilisateurs ou des variations de cheptel dans un groupement pastoral, des DPB concernées peuvent ne pas être activées. » Cette situation, qui peut impliquer une perte de DPB, a un impact sur la gestion des GP.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui