Le Réveil Lozère 30 avril 2019 à 09h00 | Par Alison Pelotier

Pac : « Il n’y aura pas d’accord formel avant avril-mai 2020 »

À l’approche des élections européennes qui auront lieu du 23 au 26 mai, Michel Dantin, député européen de la circonscription du Sud-Est revient sur sa vision de l’Europe et de la prochaine politique agricole commune 2021-2027 dans un contexte tendu par le Brexit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michel Dantin, député de la circonscription du Sud-Est ne se représentera pas aux prochaines élections européennes.
Michel Dantin, député de la circonscription du Sud-Est ne se représentera pas aux prochaines élections européennes. - © DR

Michel Dantin ne s’en cache pas, il ne se représentera pas aux prochaines élections européennes. Si les raisons de cette décision lui sont propres, il reste jusque-là impliqué dans les négociations de la future Pac.
« Le Conseil européen va finir d’élaborer sa position sur la réforme au mois d’octobre. Nous n’aurons certainement pas d’accord formel avant avril-mai 2020, à condition qu’on se mette d’accord sur le budget de l’UE avec les autres pays européens », affirme d’emblée Michel Dantin. Et la tâche semble compliquée. « Ça ne fonctionne pas bien avec l’Italie, ça ne fonctionne pas bien avec la Pologne et la Hongrie, les échanges avec les Pays-Bas sont compliqués, il n’y a plus de gouvernement en Finlande, la relation Macron-Merkel est celle qu’elle est… En tout cas, elle n’a rien à voir avec les précédentes “Kohl-Mitterrand”, “Chirac-Schröder”, voire avec celle qui n’était pas parfaite entre Sarkozy et Merkel… Quand vous n’avez déjà pas une entente de fond qui vous unit, lorsque vous devez discuter du dur, c’est compliqué », ajoute le député européen. Un scénario risque, selon lui, de se démarquer : une baisse probable des crédits de 12 % en euros constants, qui viendrait surtout pénaliser le second pilier. La raison ? La volonté des États membres du nord de l’Europe de ne pas augmenter le budget de l’UE mais aussi un trou dans les caisses de l’EU dû aux conséquences budgétaires du Brexit avec la sortie possible du Royaume-Uni de l’Union européenne. « 12 milliards de recettes vont disparaître dont environ trois et demi pour la Pac. Les Britanniques étaient contributeurs nets de la Pac, c’est-à-dire qu’ils payaient plus qu’ils ne recevaient, compte tenu du brio de leur économie. Qui va payer ces 12 milliards ? Dans quoi allons-nous couper et comment ? interroge-t-il. Ça va être un sujet extrêmement complexe. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui