Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 à 11h00 | Par Sébastien Joly

P’tit Louis, grand champion du CGA

Plus de 500 bovins de la race charolaise étaient réunis fin novembre sous les halls du parc des expositions de Moulins communauté, à Avermes, dans l’Allier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
P’tit Louis remporte le super prix d’honneur veaux mâles.
P’tit Louis remporte le super prix d’honneur veaux mâles. - © Jean-Claude Champeau, Herd Book Charolais

La grande finale nationale des concours de la race charolaise clôture la saison des 28 concours reconnus de l’année 2019. Elle s’est déroulée à Moulins jeudi 28 novembre. En remportant le super prix d’honneur veaux mâles et le super prix d’honneur mâles adultes, les élevages de la Saône-et-Loire se placent sur le haut du podium. Maurice Moulin, président de la société d’agriculture de l’Allier, revient sur cet évènement qui a réuni plus de 500 animaux.

Quel bilan tirez-vous ce cette nouvelle édition du CGA, ici à Moulins ?
Vous venez de parcourir les allées de ce 124e concours de Moulins et vous avez pu admirer l’élite de la race charolaise remarquablement préparée, soignée, pomponnée, véritable apologie du bien-être animal, si cher à nos concitoyens.

 

 

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1538, du 12 décembre 2019, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».