Le Réveil Lozère 08 mars 2017 à 08h00 | Par Sabrina Khenfer

Ouverture de la pêche : un public plus jeune et plus écoresponsable

Moins de captures, des techniques nouvelles autorisées et un partenariat avec le comité départemental de tourisme. À quelques jours de l’ouverture officielle de la pêche à la truite le 11 mars, la fédération de pêche de Lozère présente les nouveautés de cette édition 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le grand changement cette année : le nombre de captures autorisées. De huit, le quota passe à sept par jour.
Le grand changement cette année : le nombre de captures autorisées. De huit, le quota passe à sept par jour. - © Bruno Compagnon

D’abord, on fait le point. Vendredi 3 mars Alain Bertrand, président, et Philippe Pitot, secrétaire général de la Fédération de Pêche départementale, ont dressé le portrait d’une Lozère Terre promise et Terre d’accueil pour tous les amoureux de rivière. En effet, sur les 17 075 cartes vendues en 2016, environ 10 000 ont été achetées par des pêcheurs venus d’autres départements, soit près de 60 %. Ce qui en dit long sur l’attractivité de nos cours d’eau : « Ces gens viennent de toute la France, ce qui prouve que notre réputation n’est pas surfaite, se réjouit Alain Bertrand. Sans exagérer, on joue dans la cour de l’Écosse, de l’Irlande, de la Slovénie ou du Montana, avec une population de truites fario ou d’ombres communs largement aussi importante. » Un Eldorado, selon le sénateur, que la fédération promeut régulièrement au-delà des frontières du département.

Article complet à lire dans le Réveil Lozère n°1400, du 9 mars 2017, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui