Le Réveil Lozère 05 janvier 2016 à 08h00 | Par FDSEA et JA de Lozère

Oui à la raison, non à la fiction !

La carte des dégâts liés à la sécheresse validée par le comité national de gestion des risques en agriculture (CNGRA) le 9 décembre est en totale incohérence avec les éléments constatés sur le terrain. La FDSEA et les JA de Lozère la refusent et demandent sa révision dès que possible.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Alimenté par les agriculteurs, le fonds national de gestion des risques en agriculture est supposé aider et soutenir financièrement ses contributeurs lors d’événements climatiques, sanitaires ou environnementaux exceptionnels. Or, cette année, une ponction de 255 millions d’euros a été faite sur cette enveloppe, réduisant ainsi les capacités de couverture de ce fonds. C’est dans ce contexte dirigé par l’économie que le CNGRA a validé une carte des dégâts liés à la sécheresse qui ne tient absolument pas compte de la réalité du terrain. En effet, malgré une proposition réaliste établie par la profession agricole, puis une contre-proposition de l’administration départementale revue à la baisse mais pas non plus incohérente, l’administration nationale ne tient pas compte des propositions faites localement et estime que les pertes de fourrage en Lozère (exceptées deux communes touchées par la grêle) n’excèdent pas les 30 %… au mieux !

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 7 janvier 2016, numéro 1341.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui