Le Réveil Lozère 08 mars 2017 à 08h00 | Par Patricia Olivieri

On n’a rien inventé, ce sont les animaux qui nous ont tout appris

Depuis 2005, Benoît Souvignet et son père ont formé plus de 2 000 éleveurs à une méthode de dressage en douceur élaborée sur la base de leur propre expérience.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Benoît Souvignet et son père ont déjà leur planning de formation complet pour 2017.
Benoît Souvignet et son père ont déjà leur planning de formation complet pour 2017. - © Patricia Olivieri

Depuis 12 ans, le Gaec Souvignet (devenu Souvignet-Patient) s’illustre en essaimant sa méthode de dressage des bovins dans 50 départements, mais aussi en Suisse, au Luxembourg, en Belgique ou en Espagne. « On n’a rien inventé, tout ce qu’on sait, ce sont les vaches qui nous l’ont appris et on continue d’apprendre », tient à relativiser Michel Souvignet, aujourd’hui retraité. En une décennie, il a animé avec son fils, Benoît, près de 160 sessions de formation, auprès de quelque 2 400 éleveurs dont la plupart ont depuis revisité leur approche animalière. Une approche sans aucun esprit anthropomorphique, prônant un dressage sans stress mais ferme pour simplifier et sécuriser le quotidien des éleveurs.

Cette méthode, ils l’ont mise au point pas à pas, en cheminant aux côtés de leur cheptel limousin, auquel il s’agissait d’abord d’apprendre à défiler pour les concours. « Benoît devait avoir dix ans, il voyait des copains qui partaient en concours, il a voulu dresser des animaux, et quand on n’est pas fort, il faut être habile, sourit Michel Souvignet.

Article complet à lire dans le Réveil Lozère n°1400, du 9 mars 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui