Le Réveil Lozère 25 octobre 2017 à 08h00 | Par Véronique Gruber

Obtenir une valorisation sur les produits issus de systèmes herbagers

Coop de France Auvergne-Rhône-Alpes proposait, au Sommet de l’élevage, une conférence sur l’élevage à l’herbe en zone de montagne. L’occasion de faire le point sur les projets de valorisation en cours.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une table ronde était programmée dans le cadre de cette conférence.
Une table ronde était programmée dans le cadre de cette conférence. - © Véronique Gruber

« Nos filières bovines doivent faire face à des handicaps mais elles ont de formidables atouts à valoriser », c’est sur ces mots que Jean de Balathier, directeur de Coop de France Auvergne-Rhône-Alpes a ouvert la conférence proposée le 6 octobre au Sommet de l’élevage sur « l’élevage à l’herbe en zone de montagne, des atouts à valoriser ». L’herbe est l’un de ces atouts stratégiques que les filières d’élevage ont tout intérêt à exploiter. « L’herbe peut être une réponse aux attentes sociétales (bien-être animal…). À l’aide d’analyses de produits tels que le lait, on pourrait tracer les pratiques d’alimentation à l’herbe de pâturage en vue d’obtenir un retour de valorisation aux producteurs » a souligné Michel Lacoste, président du conseil national des origines laitières et du Criel Auvergne-Limousin.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1431, du 26 octobre 2017, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui