Le Réveil Lozère 04 décembre 2019 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

Nutrition animale : les volumes se maintiennent

Le syndicat national de la nutrition animale publie régulièrement des notes de conjoncture. La dernière confirme le maintien d’un bon volume de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En septembre, avec un jour ouvré de plus qu’en septembre 2018, la production globale d’aliments composés a atteint 1,56 million de tonnes, en hausse de 2,8 %, compensant partiellement la baisse du mois d’août. Le recul de la demande en aliments composés pour bovins se stabilise (-0,3 %), les vaches laitières restant la catégorie en hausse (+0,1 %). Le secteur porcin progresse de 4,5 % avec une reprise en aliments porcelets (+4,5 %) et porcs engrais (+5,5 %). Les aliments volailles progressent de 3,5 %, grâce aux aliments poulets (+3,7 %) et pondeuses (+5,6 %) et, à moindre effet, les aliments dindes et palmipèdes (respectivement +1,3 % et +1,1 %). Sur le troisième trimestre 2019, l’ensemble des fabrications affiche une hausse de 1,2 % : les aliments porcs progressent dans leur ensemble (+2,6 %) et les aliments volailles augmentent globalement de 1,2 %, poussés par les aliments pour pondeuses (+2,6 %) et poulets (+1,8 %).

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1537, du 05 décembre 2019, en page 11, dans le dossier Alimentation animale.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».