Le Réveil Lozère 18 mars 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Nouvelle réglementation pour la pêche au brochet

Alors que s’est ouverte la saison de la pêche ce samedi 14 mars, retour avec le vice-président de la fédération de pêche de Lozère sur ce qu’il est permis de faire et de ne pas faire en pratiquant son loisir préféré.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Luc_Viatour

La nouveauté de cette année 2020 concerne les brochets et leurs tailles minimales de capture, qui varient selon les endroits de pêche choisis. Selon l’arrêté préfectoral de Lozère du 30 décembre 2019 pour la saison 2020, les tailles minimales de capture sont les suivantes : 0,60 mètre en 1re et 2e catégorie ; 0,75 mètre sur la retenue de Naussac ; entre 0,60 et 0,75 mètre dans les lacs du Moulinet, des Salhiens, de Saint-Andéol, de Born, et de Souveyrols ainsi que dans la granière du Malzieu-Ville.

Tailles minimales et maximales de capture
« Hors de ces tailles de capture, les poissons doivent être relâchés », précise le vice-président de la fédération de pêche de Lozère, Stéphane Cournac. Et souligne que les brochets qui ont une envergure supérieure à celle précisée dans l’arrêté préfectoral doivent aussi être relachés. « Les plus gros brochets sont aussi les meilleurs reproducteurs, donc les relâcher assure un renouvellement des générations plus important », explique Stéphane Cournac.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1552, du 19 mars 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui