Le Réveil Lozère 13 septembre 2017 à 08h00 | Par P. Dumont

Nouveau succès pour le dixième anniversaire

Le dixième salon de l'histoire de Tech Ovin s'est achevé sur un franc succès. Un nombre accru d'exposants et de visiteurs s'était donné rendez-vous à Bellac les 6 et 7 septembre. Ils y ont retrouvé les grands rendez-vous habituels du Salon mais aussi des nouveautés avec notamment la mise en place d'un pôle lait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Dumont

« Cette 10e édition est la plus aboutie », confessait Claude Souchaud, président de Tech Ovin lors de l'inauguration du Salon national du mouton, mercredi 6 septembre. Et pour cause, celle-ci a rassemblé par moins de 200 exposants soit une hausse de 20 % par rapport à 2015. Les visiteurs aussi avaient répondu présents, puisque les 15 000 visiteurs enregistrés en 2015 ont été dépassés.

Pour les satisfaire, les organisateurs avaient misé sur l'association de grands standards du salon et de plusieurs nouveautés.

Parmi les incontournables, la désormais traditionnelle session d'accueils d'actifs organisée par la chambre d'agriculture a permis à des cédants de rencontrer des porteurs de projets.

Au rang des nouveautés, les ovins lait se trouvaient cette année dotés d'un espace de 150 m², sur lequel des représentants des bassins de production aveyronnais, basque et corse étaient présents.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1425, du 14 septembre 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui