Le Réveil Lozère 06 mai 2020 à 10h00 | Par Propos recueillis par Ivan Logvenoff

« Nous devons relocaliser l’alimentation, pas seulement celle des hommes »

Alors que le président a visité des exploitations agricoles de sa circonscription, Sandrine Le Feur, députée LREM du Finistère, précise sa vision d’une transition environnementale au service d’une autonomie retrouvée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sandrine Le Feur, député LREM de la 4e circonscription, Finistère
Sandrine Le Feur, député LREM de la 4e circonscription, Finistère - © DR

Quelles sont les conséquences, selon vous, du coronavirus dans le secteur agroalimentaire français ?
On voit que les agriculteurs sont remis sur un piédestal, et nous devons en profiter pour redonner tout son sens à notre mission de production. Nous devons relocaliser l’alimentation, pas seulement celle des hommes, mais aussi celles des bêtes. Sommes-nous capables de nourrir nos vaches, nos volailles, nos porcs, si on ferme les frontières ? Ce sera possible demain, non seulement en luttant contre la déforestation importée, mais surtout avec une agriculture diversifiée, un nombre d’animaux réduit, et en favorisant l’alimentation à l’herbe. Et, en arrêtant de nourrir les troupeaux avec des céréales, d’autres surfaces deviendront disponibles pour l’alimentation humaine, qui permettront de renforcer notre autonomie.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1559, du 7 mai 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

La réforme de la Pac qui va arriver l’année prochaine est pour moi un rendez-vous crucial. Si on arrive à réorienter les aides de la Pac vers l’agriculture du futur, on peut baisser énormément les pesticides.

a affirmé la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili au micro de France Inter le 23 juillet.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui