Le Réveil Lozère 19 janvier 2016 à 08h00 | Par FDSEA de Lozère

Nous attendons des résultats

En ce début d’année 2016, la FDSEA de Lozère adresse ses meilleurs vœux aux agricultrices et aux agriculteurs lozériens et entend bien poursuivre ses efforts et mener à bien les différents dossiers syndicaux qui s’annoncent à la fois nombreux et primordiaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Julien Beinat

L’année commence à peine que les nouveaux dossiers syndicaux viennent déjà s’ajouter à ceux de 2015. Pour la FDSEA de Lozère, qui accompagne ses adhérents depuis de nombreuses années, 2016 devra être une année de résultats. Une thématique représente tout à fait cet esprit : la gestion de l’eau. Le chantier de la cartographie départementale des cours d’eau a été amorcé courant 2015. Des formations pour les agriculteurs sont ainsi organisées gratuitement sur l’ensemble du département, et sont programmées jusqu’à fin 2016 pour couvrir l’ensemble des communes lozériennes. Lors de ces formations, sont abordées les modalités d’entretien des cours d’eau afin de permettre aux agriculteurs de savoir ce qui peut ou pas, doit ou ne doit pas être fait sur ces linéaires. D’ici la fin de l’année, la carte départementale des cours d’eau devra être achevée et tous les agriculteurs sauront dans quelles mesures ils peuvent y intervenir. Obtenir des résultats est donc un enjeu majeur pour la FDSEA. Elle a su le montrer dernièrement dans le contexte de la FCO. Dès le premier jour de 2016, l’export de petits veaux s’est fermé suite à la décision des autorités espagnoles de ne pas prolonger l’accord d’échange bilatéral avec la France. La FDSEA était déjà mobilisée sur ce dossier depuis des mois et était intervenue auprès des autorités compétentes en la matière. Le soir même de la manifestation organisée le 12 janvier, à Mende, par la FDSEA et les JA, la DGAL annonçait que les conditions d’exportation étaient revenues comme au 31 décembre. Parallèlement aux marchés, la structure syndicale mène un sérieux combat sur les prix payés aux producteurs depuis 2015. Cela a d’ailleurs été le thème du congrès de la FDSEA en octobre dernier. Même si le département de la Lozère n’est pas sous le joug d’une guerre au sein de ses filières agroalimentaires, il est grand temps que les prix rémunèrent correctement le travail fourni par les exploitants agricoles. Il en va de l’avenir de la profession agricole, d’autant plus dans les territoires ruraux de montagne.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 21 janvier 2016, numéro 1343.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le jour où la morale est trop éloignée de la politique, la politique ne vaut plus rien.

Edgard Pisani (1918-2016), ministre de l’Agriculture de Charles de Gaulle pendant quatre ans, a joué un grand rôle la politique agricole de la CEE.

Culture
Spectacles de rue » 48e de Rue, dixième édition
Cirque » Le grand cirque sur l’eau
Exposition » Trait pour traits
Exposition » Causses et Cévennes
Concerts » Détours du monde
Patrimoine » En chemin j’ai rencontré

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui