Le Réveil Lozère 01 août 2018 à 10h00 | Par Forêt privée

« Notre vœu premier est de conseiller »

Cette année la coopérative la Forêt privée lozérienne et gardoise et le syndicat lozérien de la forêt privée ont tenu leur assise 2018 sur la commune nouvelle Mont-Lozère-et-Goulet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Lors des assises de la forêt privée, c’est Alexis Bonnal, président de la la Forêt privée lozérienne et gardoise, qui aura résumé la politique et les inquiétudes de la coopérative : « Notre vœu premier est de conseiller les propriétaires forestiers, pour ce faire il est indispensable de bénéficier d’une politique territoriale, administrative qui offre une réelle stabilité. Car l’histoire retiendra que nous savons récolter les bois plantés par nos prédécesseurs mais que nous sommes dans une incapacité chronique de tenir cet engagement vis-à-vis de nos successeurs ». Le président est aussi revenu sur les faits remarquables de l’exercice 2017. Concernant les marchés du bois « les marchés ont été très favorables au bois canter, c’est-à-dire les bois blancs comme l’épicéa et le sapin de diamètre moyen qui sera transformé en scierie sur une ligne de sciage à grande vitesse en produits quasi-finis en un passage. Concernant les lots de pins, les lots situés dans des secteurs de pentes, les lots difficilement accessibles et plus généralement les lots destinés aux marchés industriels, l’année 2017 comme 2016 fut en dessous des perspectives attendues ». Enfin, pour les travaux forestiers « nous arrivons à mettre en œuvre les incitations à la création de pistes forestières ainsi que les aménagements DFCI mais les aides au reboisement sont quasiment inapplicables sur notre territoire », a affirmé le président.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1471, du 2 août 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.