Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

Neuf jeunes en route pour Paris

Dimanche 4 février, le résultat tombait : trois affiches lozériennes étaient sélectionnées pour la phase finale du concours des Ovinpiades collectives. Trois affiches qui permettent à neuf jeunes de présenter leur projet à Paris samedi prochain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Chaque année, les Ovinpiades se déclinent en plusieurs épreuves. Parmi elles l’épreuve collective qui a pour but de permettre aux jeunes participants de communiquer sur la filière ovine. Pour le concours 2018, les organisateurs du concours ont demandé aux lycéens et aux étudiants de créer l’affiche des Ovinpiades 2019. Après une première étape de sélection sur les réseaux sociaux, dix projets ont été choisis pour la phase finale. Une dernière épreuve qui veut que les jeunes défendent leur projet, au Salon de l’agriculture, samedi 24 février devant le jury et le public. Et il faudra tous les convaincre car nouveauté cette année, le public pourra voter pour son affiche préférée. Alors pour convaincre, chaque groupe a sa tactique : « Nous avons décidé de nous déguiser en personnages antiques, explique Victor Dumas, dont le projet a été sélectionné. Nous trouvions que cela colle bien avec le thème de notre affiche et son côté ancien, sur fond de parchemin. Quand nous avons appris notre sélection, nous avons, tous les quatre, réfléchi à notre argumentaire pour Paris. Nous voulions faire quelque chose d’original et nous déguiser nous à tous paru être une bonne idée. La professeure qui nous suit était aussi d’accord. »

Suite de l'article à lire dans le dossier Salon de l’agriculture du Réveil Lozère n°1448, du 22 février 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui