Le Réveil Lozère 16 mai 2017 à 08h00 | Par Pierre-Louis Berger

Ne pas perdre l’agriculture

Entretien avec Sylvie Brunel*, ancienne présidente d’Action contre la faim et professeur des universités en géographie à Paris-Sorbonne, sur l’avenir du monde agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sylvie Brunel, ancienne présidente d’Action contre la faim et professeur des universités en géographie à Paris-Sorbonne est l’auteur de « Plaidoyer pour nos agriculteurs, il faudra demain nourrir le monde ».
Sylvie Brunel, ancienne présidente d’Action contre la faim et professeur des universités en géographie à Paris-Sorbonne est l’auteur de « Plaidoyer pour nos agriculteurs, il faudra demain nourrir le monde ». - © H. Jouanard

Dans son dernier livre, Plaidoyer pour nos agriculteurs, il faudra demain nourrir le monde…, Sylvie Brunel lance un cri d’alarme sur l’état de l’agriculture dans le monde et en France. « Pendant vingt ans, j’ai travaillé dans des ONG qui étaient confrontées à de graves crises alimentaires. Nous nous battions contre les famines et contre la faim chronique, qui continue d’affecter des millions de personnes à travers le monde… Et puis, je suis revenue travailler en France. Et là, j’ai découvert une situation qui m’a sidérée : ceux qui nous nourrissent y sont maltraités. Pas un jour où le travail agricole n’est cloué au pilori. Grâce à lui pourtant, notre tout petit pays a acquis son indépendance alimentaire et il est même devenu un grand exportateur de nourriture. Alors que la marque France reste dans bien des pays du monde un signe de qualité… les Français conspuent leur agriculture, prenant le risque de la voir disparaître. Il fallait que je comprenne… »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1410, du 18 mai 2017, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Alors que la Commission a annoncé la conclusion d’un accord sur le « panel hormones », la FNB attend une position extrêmement ferme de la France.

indique Bruno Dufayet, président de la FNB, dans un communiqué du 14 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui