Le Réveil Lozère 01 avril 2015 à 08h00 | Par Véronique Gruber

Moraliser le périmètre commercial de la viande de porc

Début mars, la tournée régionale de la fédération nationale porcine (FNP) s’est arrêtée en Haute-Loire. L’occasion pour la filière de débattre sur les perspectives d’avenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claudine Gérard

« La filière porcine décroche depuis les années 2000. Depuis 2007, la perte des élevages porcins tourne autour de quinze centimes d’euros le kilo. L’élevage porcin ne génère plus de résultats », a indiqué Paul Auffray, président de la FNP. La crise du porc induit une perte de production (en têtes) de l’ordre de 2 % par an et une disparition de 300 exploitations porcines par an. Autre impact négatif de la crise : le renouvellement des générations d’éleveurs est en panne ; « un signe très inquiétant », selon le président de la FNP. La production porcine française souffre de la conjonction de plusieurs problèmes. La compétitivité de la filière française est inférieure à celle de l’Allemagne et de l’Espagne : « Ces deux pays ont réussi à restructurer plus facilement que nous leurs élevages porcins et la filière porc française ne s’est pas suffisamment modernisée. » La France est frappée de plein fouet par une distorsion de concurrence au niveau de la main-d’œuvre (moins chère dans certains pays européens). Enfin, le monopole de la distribution en France nuit véritablement à la production porcine. La grande distribution nous confisque toute la valeur ajouté », ont indiqué l’ensemble des acteurs de la filière participant à cette réunion. Paul Auffray a dénoncé la pratique des promotions dans les GMS. « La viande de porc en promotion est vendue moins chère que du Canigou ! Ceci est une atteinte à l’éthique de notre métier. Notre travail et notre produit ont un prix. » Malgré toutes ces difficultés, le président de la FNP ne tient pas à cultiver le pessimisme. la fédération a engagé plusieurs pistes pour aider la filière porcine française à relever la tête.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 2 avril 2015.

L’inexorable déclin de la filière
En 2014, le marché du porc européen a été lourdement pénalisé par l’embargo russe qui a cassé la hausse des cours qui pouvait être espérée en raison d’une baisse attendue de la production, estime Michel Rieu, directeur du pôle économie de l’Ifip (Institut du porc). La situation ne s’est pas améliorée début 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui