Le Réveil Lozère 07 août 2018 à 16h00 | Par Alison Pelotier

Moissonnera-t-on un jour des céréales pérennes en France ?

Elles font l’objet de recherches uniques en France au sein de l’Isara Lyon. Depuis plus d’un an, les céréales pérennes attirent toute l’attention d’Olivier Duchene, doctorant à l’institut supérieur d’agriculture Rhône-Alpes (Isara).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le kernza (Thynopyrum intermedium) est une graminée sauvage non croisée et extrêmement robuste.
Le kernza (Thynopyrum intermedium) est une graminée sauvage non croisée et extrêmement robuste. - © Alison Pelotier

Cet ingénieur agronome tente de comprendre de quelle manière certaines cultures céréalières pourraient être capables de fructifier plusieurs fois dans leur existence et de produire des épis plusieurs années consécutives. Ce mode de production pluriannuel serait-il imaginable et profitable aux agriculteurs de demain ? S’il est trop tôt pour l’affirmer, plusieurs indicateurs se révèlent prometteurs.
Plusieurs pays s’intéressent de près au sujet comme les États-Unis ou encore l’Australie. Les céréales pérennes, portées par une communauté scientifique réduite dans le monde, suscitent aussi depuis quelques années l’intérêt d’Olivier Duchene. Précurseur en France, ce doctorant de l’Isara Lyon, a décidé d’investir son temps et son énergie pour mieux comprendre le fonctionnement des céréales pluriannuelles. Aujourd’hui, les agriculteurs sèment au printemps ou à l’automne et moissonnent cinq à six mois plus tard d’une année sur l’autre. Mais que se passerait-il si leurs cultures pouvaient être rentables sur trois, quatre ou cinq années consécutives sans qu’ils aient à ressemer tous les ans ?

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1472, du 9 août 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui