Le Réveil Lozère 13 février 2019 à 14h00 | Par RO

Miimosa ouvre sa plateforme au financement par des entreprises

La plateforme de financement participatif lance Miimosa Transition, une offre de financement permettant aux personnes morales de cofinancer des projets « de transition » aux côtés des particuliers. Elle a également présenté cinq premières entreprises partenaires, qui lui permettent de disposer d’ores et déjà « d’une dizaine de millions d’euros » de financement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La société de financement participatif Miimosa a annoncé le 29 janvier ouvrir sa plateforme au financement de projets agricoles par des personnes morales (entreprises, fondations…), au travers du lancement d’une nouvelle offre appelée Miimosa Transition. Jusqu’ici, la participation au financement était réservée aux particuliers. Ce nouveau service cible huit thématiques de « transition » (réduction de l’empreinte carbone, agroécologie, bien-être animal, agriculture de précision…) à travers des projets portés par de « grosses structures agricoles françaises sous contrat avec des distributeurs, coopératives ou transformateurs », a précisé Florian Breton, le fondateur de Miimosa, lors de la conférence de presse de lancement dans les locaux de l’Assemblée permanente des chambres d’agricultures (APCA).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1497, du 14 février 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui