Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par Eva DZ

Michèle Boudoin : « La brebis a sa place partout ! »

Une semaine avant la tenue du congrès de la fédération nationale ovine à Rodez, sa présidente détaille les sujets d'actualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Michèle Boudoin, présidente de la fédération nationale ovine.
Michèle Boudoin, présidente de la fédération nationale ovine. - © SC

Comment se porte la production ovine en France ?
La conjoncture est plutôt favorable pour les éleveurs ovins français. En cette période de Pâques, la consommation est propice à la viande d'agneau. Cette année, nous n'avons pas vécu le même effet dévastateur sur les marchés qu'en 2017. Nos produits s'écoulent bien, il faut dire que la production est en baisse en France et les importations ont été limitées, de fait il manque de l'agneau et comme la demande se maintient, la situation est favorable.
Pour l'heure, la concurrence avec l'Angleterre est aussi mesurée, je m'en félicite à l'instant T mais je veux rester vigilante sur le moyen-long terme car il s'agit peut-être de mesures de rétorsion en vue du Brexit.

Qu'en est-il de consommation ?
Je reste très inquiète car nous affichons toujours une baisse (-1 %) entre 2016 et 2017. Nous devons être très offensifs dans notre communication auprès des nouvelles générations. La FNO a mené un projet avec les collectivités territoriales pour organiser une journée de l'agneau dans tous les lycées et collèges de France. Ce projet sera construit dans les régions en intégrant tous les opérateurs de la filière.

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui