Le Réveil Lozère 30 avril 2019 à 10h00 | Par Actuagri

Métro, premier grossiste à s’engager dans la démarche Éleveurs et engagés

Le plus gros fournisseur de la restauration collective indépendante, Métro, a été le premier grossiste à rejoindre la démarche Éleveurs et engagés, le 25 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Ce qui nous a plu dans la démarche Éleveurs et engagés, c’est que le retour au producteur est contractualisé », explique Patrick Eychenié, secrétaire général de Métro France. Le premier fournisseur de la restauration collective indépendante, qui approvisionne 4 000 entreprises, est le premier grossiste à avoir noué un partenariat avec la Fédération nationale bovine (FNB) sur la démarche Éleveurs et engagés, qui garantit à l’éleveur une juste rémunération. Ainsi, explique Cédric Mandin, secrétaire général de la FNB, qui a 20 % de son troupeau dans la démarche, « on reçoit un complément, autour d’un euro par kilogramme, ce qui représente près de 450 euros supplémentaires par animal. Dans un contexte difficile pour les éleveurs bovins, c’est énorme ! ». Lancée en 2015, l’initiative a permis aux éleveurs de contractualiser d’abord avec certains distributeurs, avec « l’idée que l’on ne vendra pas que de la viande, on vend aussi l’histoire de la production de la viande », poursuit le secrétaire général de la FNB. « Sinon, on sera toujours en concurrence avec les autres pays du monde, qui ne produisent pas de la même façon, alors que l’on a une vraie richesse, une vraie diversité et une vraie qualité sur nos territoires », ajoute-t-il.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui