Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 10h00 | Par AG

Médicaments vétérinaires : le Parlement européen entérine la nouvelle réglementationLes nouvelles dispositions concernant les médicaments vétérinaires ont été validé

Les nouvelles dispositions concernant les médicaments vétérinaires ont été validées par le Parlement européen et devraient entrer en application en 2022.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © B. Griffoul

Le Parlement européen a adopté à une large majorité, le 25 octobre, les trois accords trouvés avec les États membres sur les propositions de la Commission de Bruxelles concernant les médicaments vétérinaires qui doivent notamment permettre de limiter le recours aux antibiotiques : le premier sur les médicaments vétérinaires eux-mêmes, le deuxième sur la fabrication, la mise sur le marché et utilisation d’aliments médicamenteux pour animaux et le troisième sur l’autorisation et la surveillance des médicaments à usage humain et à usage vétérinaire.
La nouvelle législation limite l’utilisation prophylactique (par mesure préventive, en l’absence de signes cliniques d’infection) aux animaux individuels (et non aux groupes d’animaux) et uniquement si cela est pleinement justifié par un vétérinaire, lorsqu’un risque élevé d’infection est avéré. L’utilisation métaphylactique (traitement d’un groupe d’animaux dont l’un présente des signes d’infection) devrait être un dernier recours et n’être possible qu’après diagnostic et prescription des antimicrobiens par un vétérinaire. La nouvelle réglementation confirme l’interdiction de l’utilisation d’antibiotiques comme facteurs de croissance.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui