Le Réveil Lozère 05 avril 2017 à 08h00 | Par Suzanne Marion

Malgré une baisse d'activités, les marchés aux bestiaux sont performants et modernes

La fédération française des marchés de bétail vif a tenu son assemblée générale, jeudi et vendredi 30 et 31 mars dernier à Saugues.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le projet de marché au cadran à Saugues est en phase de discussions.
Le projet de marché au cadran à Saugues est en phase de discussions. - © HLP

La fédération française des marchés de bétail vif (FMBV) accuse en 2016 une baisse de 5,9 % des apports d'animaux sur ses marchés adhérents, soit 73 000 têtes de moins qu'en 2015. Cette baisse accentue celle de 2,3 % en 2015. On note néanmoins la mise en vente de 1 176 388 animaux, toutes espèces confondues, soit près de 25 000 par semaine, sur les 50 marchés adhérents à la fédération nationale.
Toutes les catégories d'animaux sont en baisse avec -9,4 % pour les broutards, -8,2 % pour les caprins et les équins, -7,5 % pour les gros bovins de boucherie, -7,4 % pour les ovins, -3,6 % pour les gros bovins maigres et -1,4 % en petits veaux.
Ce constat est cependant variable selon les marchés, leur localisation géographique et leur contexte local agricole. Ainsi 15 marchés sur 50 ont une évolution positive avec notamment +108,5 % pour le marché des Hérolles dans la Vienne ou encore +46,8 % pour Mézières-sur-Issoire en Haute-Vienne, +14,2 % à La Talaudière (42). Cinq marchés voient leur activité se maintenir (entre -1,5 et +1 %) et 21 marchés enregistrent une baisse dont 14 qui perdent plus de 10 % de leurs apports.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1404, du 6 avril 2017, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui