Le Réveil Lozère 10 mai 2017 à 08h00 | Par Claire Lebeau

Maison de retraite : comment payer ?

« La maison de retraite, ça coûte cher ! » Que comprend le tarif d’un établissement ? Quelles sont les aides existantes ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Différentes aides permettent de réduire le montant dû aux maisons de retraites.
Différentes aides permettent de réduire le montant dû aux maisons de retraites. - © La Marne Agricole – Guillaume Perrin

De quoi se compose le coût de la vie en établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ? Trois catégories de frais se dissocient : le forfait soins, le tarif dépendance et le tarif hébergement. Le forfait soins est versé directement à l’Ehpad par l’Assurance maladie. En revanche, le tarif « dépendance » correspondant aux dépenses effectuées par l’établissement pour aider à accomplir les actes essentiels de la vie reste à la charge du résident. Il en va de même pour le tarif « hébergement » comprenant les dépenses d’administration, de restauration, d’animation etc. Le forfait « dépendance » est fonction du degré de dépendance. Le tarif « hébergement » peut varier sensiblement d’une structure à l’autre, il est en moyenne de 45 euros par jour. Des prestations facultatives peuvent être facturées en plus aux résidents comme le téléphone, la télévision, les repas avec des invités.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1409, du 11 mai 2017, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui