18 décembre 2019 à 10h00 | Par Agrafil

Loup : l’arrêté sur les mesures 2020 en consultation publique jusqu’au 25 décembre

L’arrêté reconduisant en 2020 les mesures expérimentales de gestion du loup est en consultation publique sur le site internet du ministère de la Transition écologique jusqu’au 25 décembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’arrêté reconduisant en 2020 les mesures expérimentales de gestion du loup est en consultation publique sur le site internet du ministère de la Transition écologique jusqu’au 25 décembre. Ces mesures comprennent une hausse du plafond de prélèvement (17 % de l’effectif de loups au lieu de 10 %) et la création d’un nouveau zonage (cercle zéro), dans lequel les éleveurs ont accès à une nouvelle modalité de tir (tirs de défense mixte). « Le texte présenté propose de reconduire l’expérimentation sur toute l’année 2020 afin de pouvoir juger le dispositif sur son ensemble », indique le site internet du ministère. En 2019, « la publication tardive du texte (26 juillet) n’a pas permis de déployer le dispositif avant la montée en estive des troupeaux », explique le ministère. « Un bilan détaillé de l’expérimentation est en cours. » Ouverte le 4 décembre, la consultation a déjà reçu plus de 2200 commentaires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Xavier (83) | 24 décembre 2019 à 18:29:57

Avis favorable

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».