Le Réveil Lozère 10 décembre 2014 à 08h00 | Par Cerfrance Lozère

Loi d’avenir et transparence Gaec

La loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt publiée au JO courant octobre et la Pac 2014-2020 vont modifier profondément les Gaec. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le législateur introduit la notion de portion d’exploitation, portée par tout agriculteur en Gaec, qui se traduit par le pourcentage de détention de parts sociales, par chacun de ses membres.
Le législateur introduit la notion de portion d’exploitation, portée par tout agriculteur en Gaec, qui se traduit par le pourcentage de détention de parts sociales, par chacun de ses membres. - © Stéphane Leitenberger

Le principe de transparence a été longtemps toléré par la Commission européenne et même remis en cause par la Cour de justice de l’Union européenne. Il est désormais reconnu par le nouveau règlement européen sur les paiements directs. Néanmoins, le bénéfice des aides de la Pac est subordonné à plusieurs exigences. La loi d’avenir intègre les modifications nécessaires à la législation française pour que la transparence puisse s’appliquer aux Gaec. L’objet agricole du Gaec total est strictement défini, afin qu’il corresponde à l’exercice d’une véritable activité agricole au sens de la Pac, c’est-à-dire d’une activité agricole par nature. Un alinéa, ajouté à l’article L. 323-13 du code rural précise que le principe de transparence pour la mise en œuvre des règles de la Pac ne bénéficie qu’au Gaec total. Ce texte exige, en outre, que les associés aient contribué par leurs apports en nature, en numéraire ou en industrie à renforcer la structure agricole du groupement. Cette obligation imposée par la réglementation européenne est très générale. Elle peut recouvrir diverses situations. Sa portée sera précisée ultérieurement par décret.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 11 décembre 2014

Pour aller plus loin

Les modifications apportées par la loi d’avenir concernent l’ensemble des membres de sociétés agricoles. Les futurs Gaec sont concernés, mais également les groupements en activité dont la transparence sera révisée sur les nouvelles bases législatives. Ces derniers seront amenés à vérifier la détention du capital social actuel par chacun de leurs membres, afin d’optimiser la transparence des paiements. Les EARL (entre époux ou pas), les SCEA dont tous les associés participent aux travaux de l’exploitation devront s’interroger sur l’opportunité de se transformer en Gaec. Les conseillers Cerfrance Lozère sont à votre disposition pour plus de renseignements sur cette actualité agricole et pour vous accompagner dans les éventuelles formalités à mettre en œuvre. Renseignements au 04 66 65 69 39.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous nous engageons à créer une offre différenciée, adaptée à la création de valeur ajoutée pour nos adhérents, dans une démarche qualité affichée et accessible.

Julien Marre, président national du service de remplacement

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui