Le Réveil Lozère 17 mai 2017 à 08h00 | Par Marie Renaud, L'Allier agricole

Lexique illustré du pneumatique agricole

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi pouvaient bien correspondre les marquages sur les pneumatiques agricoles que vous achetez neufs et d'occasion ? S'ils ne sont pas à regarder au microscope, ils délivrent des informations précieuses sur les pneus et seront surtout utiles au moment d'une éventuelle revente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Toujours écrite en larges caractères et selon la typographie du fabricant, la marque est visible de loin.
Toujours écrite en larges caractères et selon la typographie du fabricant, la marque est visible de loin. - © L'Allier agricole

Si le sens du marquage peut varier d'un constructeur à l'autre, ce dernier a l'obligation de fournir un certain nombre d'indications. Encore faut-il savoir les décrypter.

La marque
Le plus facile à repérer puisque généralement écrit en gros et selon la typographie reconnaissable du fabricant. Pour ne citer que les plus connus, les pneus Michelin arboreront des lettres épaisses et le célèbre Bibendum pendant que les pneus Firestone seront plus généralement écrits en lettres plus fines tantôt remplies de rayures ou simplement dessinées.

La gamme
Un peu moins évident mais toujours très visible, la gamme désigne la famille à laquelle appartient le pneumatique. Si on a coutume de parler d'entrée de gamme, milieu de gamme et haut de gamme, les manufacturiers ont surtout en tête la volonté de s'adapter à la demande du marché en proposant différentes catégories définies en fonction de la puissance et de l'utilisation : standard, étroit, large...

La souplesse
Sur les pneumatiques les plus récents, les deux lettres IF ou VF seront mentionnées. Il s'agit d'indiquer si le pneu est équipé de la technologie IF (Improve flexion) ou VF (Very improve flexion). Ces deux petites lettres vous informent directement sur la capacité de charge du pneu puisqu'un pneu IF peut transporter plus de 20 % de charges en plus alors qu'un pneu VF ira jusqu'à 40 % de charges en plus.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1410, du 18 mai 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui