Le Réveil Lozère 29 novembre 2017 à 08h00 | Par AG

Les Vingt-huit et les eurodéputés confirment leur accord

Après des mois de négociations, les États membres et les eurodéputés ont adopté la réforme de la législation sur l’agriculture biologique. Le texte doit encore être validé avant d’entrer en vigueur le 1er janvier 2021.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Marne agricole

La commission de l’agriculture du Parlement européen a avalisé le 22 novembre l’adoption de la réforme de la réglementation relative à la production biologique qui avait été conclue provisoirement le 28 juin avec le Parlement européen. Les États membres en avaient fait de même quelques jours plus tôt, le 20 novembre lors d’une réunion du Comité spécial agricole. La République tchèque, la Lituanie, la Slovaquie, Chypre, l’Autriche et la Finlande ont voté contre le règlement, tandis que la Hongrie, la Belgique et l’Allemagne se sont abstenues. Le texte doit encore être voté par le Parlement européen en session plénière, puis le Conseil de l’UE pourra l’adopter formellement sans y apporter d’amendements pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2021.
La Commission européenne procédait depuis plusieurs mois au « nettoyage » du texte suite aux négociations qui avaient été très compliquées entre le Parlement européen et le Conseil (18 réunions de négociation interinstitutionnelles sur 20 mois).
Dans l’ensemble, cette nouvelle législation doit permettre une harmonisation des pratiques au sein de l’UE et avec les pays tiers, et la modernisation du système de contrôle.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1436, du 30 novembre 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous ne pouvons imposer aux pays tiers les conditions d’exportation de nos produits.

s’est exclamé Stéphane Travers, le 7 février au congrès de la Fédération nationale bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui