Le Réveil Lozère 17 juillet 2019 à 08h00 | Par C.P

Les vacances bien méritées des agriculteurs

Pour une majorité de Français, l’été rime avec départ en vacances. À l’inverse, pour bon nombre d’agriculteurs, la charge de travail est élevée à ce moment-là. Quand bien même, pour de plus en plus d’agriculteurs, prendre quelques jours de vacances n’est plus exceptionnel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J. Damase/Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme

Dans un sondage en ligne réalisé par le site internet Terre-net, environ 50 % des personnes ayant répondu déclaraient prendre des vacances dans l’année, mais seulement 20 % indiquaient partir pendant la période estivale. C’est plus qu’en 1994 où une étude du ministère de l’Agriculture évaluait à 24 % le taux d’agriculteurs qui prennent quelques jours de vacances, un chiffre qui atteignait 38 % en 2004.

Économiser pour partir en vacances
D’après le 17e baromètre sur les pratiques touristiques des Français effectué par le cabinet Raffour, 66 % des Français sont partis en vacances en 2018 pour un budget moyen par foyer de 2 200 euros pour le principal séjour de l’année. Pour y parvenir, 55 % des Français déclarent être prêts à limiter leurs dépenses pendant l’année pour partir en vacances. Environ qutre Français sur dix, soit 22 millions de personnes partent pour un séjour de longue durée de plus de sept nuits. Si les vacanciers privilégient les hôtels, les plateformes communautaires et les gîtes, la part des séjours dans une maison de famille, chez des amis ou en résidence secondaire représente presque un tiers des départs du fait de son faible coût en matière d’hébergement. Pour les agriculteurs, les vacances posent deux difficultés. Il faut d’abord avoir l’argent nécessaire pour en prendre et trouver le remplaçant sur la ferme si certains travaux doivent être poursuivis pendant l’absence, une obligation pour les éleveurs.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1519, du 18 juillet 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui