Le Réveil Lozère 22 juillet 2020 à 09h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Les trésors de l’Ourtas ou les sorbets des gens heureux

Au Collet-de-Dèze, Julie Jourget valorise des jardins en terrasse par une plantation de petits fruits qu’elle transforme en de savoureux sorbets en vente à Cévennes in the box.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au Collet-de-Dèze, Julie Jourget valorise des jardins en terrasse par une plantation de petits fruits qu’elle transforme en de savoureux sorbets en vente à Cévennes in the box.
Au Collet-de-Dèze, Julie Jourget valorise des jardins en terrasse par une plantation de petits fruits qu’elle transforme en de savoureux sorbets en vente à Cévennes in the box. - © Marie-Pascale Vincent

« Ce sont ces jardins en terrasses situés sous notre maison d’habitation à la Tourette, au Collet-de-Dèze qui nous ont donné l’idée de fabriquer ces sorbets vendus sous la dénomination Les Trésors de l’Ourtas », explique Julie Jourget, agricultrice à titre principal depuis 2014. Avec des plantations de fruits rouges et des arbres fruitiers, nous avons huit à neuf parfums de base, pomme, poire, coing, fraise, framboise, pêche… Les assemblages varient suivant les récoltes que nous complétons avec des cueillettes sauvages. Sans additif, fabriqués à partir d’une production bio, nos sorbets contiennent 60 % de fruits minimum. »
En occitan, Ourtas signifie jardin. Pour vivre de ces terres qui présentent bon nombre de difficultés, petites surfaces, accès, dégâts de gibiers, il fallait arriver à en extraire une essence précieuse, bien valorisée. « On a mis dix ans, estime Julie Jourget. Il s’agissait de concilier la volonté de vivre au plus près de la nature et la nécessité de gagner sa vie. » Alors que son compagnon Vincent Cébélieu est professeur à Alès et lui offre parfois son aide, Julie Jourget a d’abord misé sur les châtaignes, vendant confitures et marrons grillés sur les marchés de Noël hors Cévennes où les débouchés sont saturés. Mais il fallait un complément pour la belle saison, à écouler localement cette fois-ci, si possible.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1570, du 23 juillet 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui