Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 10h00 | Par AJ

Les Sages censurent à la marge la loi Agriculture et alimentation

Saisi par une soixantaine de sénateurs, le Conseil constitutionnel a censuré partiellement la loi Agriculture et alimentation. Cette décision ne touche pas le cœur du texte et ne remet pas en cause les ordonnances à paraître.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Conseil constitutionnel a censuré, le 25 octobre, 23 des 98 articles que comptait le projet de loi Agriculture et alimentation. Cette censure concerne des dispositions relativement annexes et ne touche pas au volet économique du texte. Aussi, la décision des Sages ne remet pas en cause la réforme de la contractualisation telle que voulue par le gouvernement, ni les ordonnances à paraître. « Cette décision valide […] le nouveau cadre légal des relations commerciales entre les acteurs des filières agricoles », s’est réjoui le ministère de l’Agriculture dans un communiqué de presse. Un cadre qui permet « une meilleure répartition de la valeur entre les producteurs, les transformateurs et les distributeurs ».
Cette saisine des sénateurs trouve son origine dans l’échec, cet été, de la commission mixte paritaire, qui n’était pas parvenue à trouver un compromis entre les deux chambres sur le projet de loi. L’épisode avait quelque peu agacé les sénateurs, et notamment la présidente de la commission des affaires économiques, Sophie Primas et ainsi que les deux rapporteurs du projet de loi, Michel Raison et Anne-Catherine Loisier, suivis par une soixantaine de sénateurs, qui ont donc décidé quelques semaines plus tard de saisir le Conseil constitutionnel « pour déni démocratique ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui