Le Réveil Lozère 30 août 2017 à 08h00 | Par Actuagri

Les ruraux attendent l’arrivée du très haut débit

Du 10 au 12 juillet 2017, l’Ifop a mené une enquête pour le service d’information du gouvernement, auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1 003 personnes et portant sur le développement numérique des territoires. Il en ressort notamment une attente plus pressante du très haut débit en zone rurale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nicolas Chauveau/PE

Quand on leur demande les éléments les plus importants sur leur lieu de vie, 29 % des Français répondent en premier l’accès aux services publics, 21 % la couverture numérique et l’accès au très haut débit. Cependant, on constate un écart entre les réponses des citadins et ruraux. Ainsi, 33 % des habitants de communes rurales placent en première position l’accès aux services publics, cette proportion est sensiblement la même pour les Français vivant dans les communes urbaines de province, tandis qu’elle chute à 18 % chez les Franciliens. En revanche, les ruraux se distinguent par l’importance qu’ils accordent à la couverture numérique et au très haut débit. En effet, ils sont 32 % à citer ce critère en première réponse, quand les habitants des communes urbaines de province et de l’agglomération parisienne sont respectivement 18 et 19 %. Au contraire, les personnes vivant dans les zones les moins peuplées sont peu attirées par le dynamisme commercial du centre-ville puisque 11 % seulement en font leur priorité contre 22 % des habitants de communes urbaines de province et 17 % des Franciliens ; il en est de même pour le réseau de transports en commun avec seulement 12 % de première réponse contre 18 % chez les urbains de province et 34 % chez ceux de l’agglomération parisienne.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1423, du 31 août 2017, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui