Le Réveil Lozère 27 février 2018 à 16h00 | Par FDSEA

Les réunions de secteurs ont débuté

Les agriculteurs du canton de Saint-Chély-d’Apcher ont ouvert le bal, le 20 février dernier, des réunions de secteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA 48

Réunis le 20 février dernier, les agriculteurs du secteur de Saint-Chély-d’Apcher ont pris le temps d’une demi-journée pour échanger autour des problématiques agricoles actuelles et des perspectives envisageables. Les éleveurs ont pu aussi aborder le sujet du futur marché au cadran, des sujets plus généraux comme la Pac, les dossiers liés à l’environnement (sanglier, loup…), et enfin tous les autres sujets occasionnels du quotidien. Les exploitants agricoles venus échanger avec les représentants départementaux ont ainsi pu présenter leurs difficultés locales.
Votre participation à ces entrevues est capitale afin que l’information circule dans les deux sens ! Ce travail d’échange nous permet de construire ensemble une réflexion commune sur notre agriculture lozérienne et pouvoir ainsi être force de proposition.
Lors de ses prochaines réunions, la FDSEA entend conserver ce caractère constructif, car c’est ce lien avec tous les agriculteurs et la capacité à répondre aux attentes du terrain qui constitue la force de son réseau. Venez enrichir nos échanges avec vos idées lors de la prochaine réunion !

- © Le Réveil Lozère

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.