Le Réveil Lozère 06 mars 2018 à 16h00 | Par MR

Les Régions inquiètes d’une baisse des crédits en 2018

En ce début d’année, les Régions ont reçu de la part de l’État des versements inférieurs à ce qu’elles attendaient pour financer le plan de modernisation (PCAEA) en 2018.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est la région Bretagne qui, la première, a lancé l’alerte. Les groupements de producteurs bretons (UGPVB), puis la chambre régionale d’agriculture ont été informés que le conseil régional avait reçu de l’État un versement de crédits inférieur à ce qu’elles attendaient pour financer le plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAEA) en 2018. Ces soutiens sont cofinancés par l’UE, l’État, les Régions voire les agences de l’eau. Ils concernent les investissements de modernisation des exploitations, qui avaient fait l’objet d’un effort particulier de la région Bretagne sur la fin de programmation 2014-2020.
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont dénoncé dans un communiqué le 23 février le « désengagement de l’État », y voyant « un très mauvais signal ». « Pour la Bretagne en 2018, ce sont onze millions d’euros de moins pour accompagner la modernisation des entreprises agricoles et leur adaptation aux enjeux de demain », expliquaient les Régions. « Ce plan était prévu jusqu’en 2020. Or, on a appris il y a huit jours que l’État avait décidé d’enlever 5,50 millions d’euros » à l’enveloppe prévue pour la région, a déclaré à Jacques Jaouen, président de la chambre régionale.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1450, du 8 mars 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.