Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 11h00 | Par Camille Peyrache

Les récompenses permettent de valoriser le travail du producteur

Pour les agriculteurs ou les petites entreprises récompensés au Concours général agricole, ces médailles sont citées comme un gage de reconnaissance de la qualité de leur travail et un outil de différenciation auprès des consommateurs pour booster les ventes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2018, la laiterie d’Étrez fait partie des 38 producteurs ayant reçu un prix d’excellence.
En 2018, la laiterie d’Étrez fait partie des 38 producteurs ayant reçu un prix d’excellence. - © Apasec

Si les concours de vins sont très nombreux, au niveau régional, national voire international, ceux portant sur les produits alimentaires sont plus rares. Au-delà des concours régionaux, celui qui offre la meilleure reconnaissance est bien entendu le Concours général agricole. Depuis 148 ans, et pour 127e édition en 2018, il offre un nombre et une diversité de produits alimentaires en compétition inégalés, sans équivalent dans le monde. D’après une étude Opinion Way pour le CGA réalisée en juin 2015, 50 % des Français ont acheté un produit médaillé dans l’année.

« C’est le concours le plus sélectif de France, affirme le Commissaire général du concours, Benoît Tarche. Chaque année, plus de 22 000 produits sont soumis aux jurés, et moins de 25 % d’entre eux sont médaillés. »

Suite de l'article à lire dans le dossier Salon de l’agriculture du Réveil Lozère n°1448, du 22 février 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui