Le Réveil Lozère 05 février 2020 à 17h00 | Par AG

Les premiers éléments de la stratégie « de la fourche à la fourchette »

Un premier projet de plan d’une quarantaine d’actions sur la stratégie de la « fourche à la fourchette » commence à circuler dans les services bruxellois, mais les ministres de l’Agriculture de l’UE veulent surtout s’assurer que le budget agricole, qui pourrait assez largement être mobilisé par les nouveaux objectifs environnementaux, sera suffisant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Cyrielle Delisle

Le secteur agricole, et la Pac en particulier, sera fortement mobilisé par la très attendue stratégie de la « fourche à la fourchette » que la Commission européenne devrait dévoiler le 31 mars, comme le montrent les premiers éléments du plan d’une quarantaine d’actions qui circule dans les différents services bruxellois. Les ministres de l’Agriculture de l’UE qui étaient réunis le 27 janvier à Bruxelles ont appelé à être impliqués au plus près dans la préparation et la mise en œuvre de ces mesures qui couvriront un vaste éventail de dossiers depuis les pesticides jusqu’à l’agriculture biologique, en passant par les engrais, l’agroforesterie, les nouvelles techniques de sélection végétales, l’utilisation des protéines animales transformées, le gaspillage alimentaire ou le bien-être animal.

Réduction des pesticides, des engrais et des antibiotiques
L’un des projets retenu, en phase de consultation dans les différentes directions générales de la Commission européenne, et susceptible d’être assez largement modifié, fixe comme premier axe le renforcement de l’ambition des États membres en matière de production alimentaire durable, en particulier dans le cadre des plans stratégiques nationaux de la Pac. Ce premier volet prévoit une réduction significative de l’utilisation et des risques liés aux pesticides chimiques, de stimuler l’adoption de pesticides à faible risque et de solutions de remplacement non chimiques à l’utilisation des pesticides mais aussi d’améliorer les systèmes d’approbation et d’autorisation des pesticides et faciliter l’accès au marché des substances et produits actifs biologiques.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 6 février 2020, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui