MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 15 avril 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Les plants potagers autorisés à la vente sous condition

Les jardineries et pépiniéristes possédant un rayon animalerie peuvent désormais vendre plants potagers et plantes fleuries au public.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Annick Carré

« C'est la catastrophe », se désole un pépiniériste rencontré ce samedi sur le marché de Mende. « Nous vendons sur les marchés ; et si les clients nous appellent pour commander, mais sinon, nous sommes fermés au public », explique le producteur de plants. À ce jour, seules les jardineries possédant un rayon animalerie peuvent ouvrir leurs rayons de plants potagers (considérés comme des produits de première nécessité) et de plantes fleuries, d'après un décret du gouvernement français.
« C'est une situation ubuesque et aberrante », s'agace Julien Legrix, président de la fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières (FNPHP). Ce dernier s'interroge : « il n'y a que les acteurs économiques qui sont à 100 % dépendant de la vente du végétal qui n'ont pas le droit de vendre », alors que les grandes enseignes, elles, peuvent.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1556, du 16 avril 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les exploitations d’élevage ne trouvent pas de repreneurs, des jeunes se détournent de ces filières

a dit le président de la FNSafer, Emmanuel Hyest lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 28 mai.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui